actualités


Epicerie fine : des perspectives prometteuses

21/01/2016

L’épicerie fine est « tendance », soutenue par un marché porteur, des consommateurs « gourmets » et une diversification de l’offre. Quelques éléments pour mieux cerner ce mouvement...

 

D’après une étude Xerfi, le marché de l’épicerie fine affiche en 2015 une croissance de 1,5%. Et les perspectives 2016 sont tout aussi réjouissantes avec une prévision de +2%. La France compte près de 4 000 magasins de ce type, dont près de 500 à Paris.

 

Des consommateurs devenus gourmets

A l’origine de cette tendance, trois phénomènes : l’intérêt des consommateurs pour le « bien manger » (gastronomie), le goût du faire soi-même et le produit terroir qui rassure sur l’origine et la traçabilité (histoire du produit et du producteur racontée par l’épicier, véritable gage de confiance).

 

Une offre étoffée et diversifiée

Autre constat : la diversification des canaux de distribution. Aux côtés des réseaux traditionnels (ex : Fauchon, Hédiard, Lafayette Gourmet) et de l’élargissement des gammes en grande distribution (ex : Carrefour Sélection), l’épicerie fine « élargit » son territoire : sites marchands et Food box (ex : BienManger.com), boutiques mono-produits (ex : KusmiTeaNespresso), aéroports & gares (Mariage FrèresLadurée), jardineries (ex : Truffaut)...

 

Une nouvelle offre d’épiceries fines, notamment à Paris, se démarque du luxe des traditionnels FauchonLe Nôtre ou Hédiard. Ils proposent des produits dénichés chez les petits producteurs régionaux, introduisent souvent des rayons frais et peuvent également offrir un espace restauration/dégustation : L’Epicerie généraleMaison PlissonTerra GourmaCaussesPapa SapiensChéri Charlot... Dans une décoration stylée, les clients peuvent désormais s’offrir un petit luxe qui devient accessible...

 

Le « one stop shopping »

Autres exemples hors France : Eataly à Milan ou encore Dean & DeLuca à New-York sont devenus des alternatives à la grande distribution. C’est le « one stop shopping » : dans un même endroit réunissant de petits commerces, les consommateurs peuvent réaliser la majorité de leurs achats (fruits, légumes, viande, pain, charcuterie...).

 

LIRE :

 

 

 VOIR : BFM Business : "La tendance du moment. L'épicerie fine oule goût du petit commerce"